L'économie sociale et solidaire

L’Économie Sociale et Solidaire (ESS), au sens de la loi du 21 juillet 2014, est un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine. Elle rassemble les structures partageant les valeurs et pratiques suivantes:

  • Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices
  • Une gouvernance démocratique, définie et organisée par les statuts, répondant au principe d'égalité "1 personne = 1 voix"
  • Une affectation des bénéfices à la poursuite du projet
  • La liberté d'adhésion
  • Une gestion autonome et indépendante

Historiquement (et majoritairement) composée des associations, coopératives, mutuelles et fondations, la loi reconnaît l'appartenance à l'ESS de sociétés commerciales répondant aux principes énoncés précédemment.

Les entreprises de l'économie sociale et solidaire occupent des activités de production de biens et services visent le partage et la solidarité au bénéfice de l’homme et non pas l’enrichissement individuel. Performantes économiquement, leur façon d’entreprendre n’a pas pour objet la réalisation du profit mais d’assurer la production de biens et/ou de services et la production des valeurs utiles à la société, du lien social et de la solidarité. 

La contribution des organisations de l'ESS ne saurait en effet être résumée à ses apports économiques. Les acteurs de l'ESS considèrent en effet le lien social et la solidarité comme des  valeurs ajoutées non monétaires,certes, mais qu'il convient de prendre en compte. La richesse et les indicateurs qui la mesurent sont des constructions sociales repondant aux spécificités de chaque époque, et c'est en ce sens que l'ESS est porteur d'un réel projet de transformation sociale:  de battre en brèche l’idée que plus serait nécessairement égal à mieux, d'affirmer que la culture et le lien social constituent des richesses, c'est la considérer  non pas un sous-secteur pour exclus, mais le grand levier d’un développement intégral.  

L'économie sociale et solidaire, par ses finalités, son éthique et sa gouvernance, est à même de  d’apporter des réponses pertinentes aux nombreux défis économiques, sociétaux, environnementaux et démocratiques qui concernent la Corse.

Poids et enjeux en Corse

L'ensemble des chiffres communiqués sont issus des données CLAP et DADS INSEE, fournis par la CRESS pour traitement à l'Observatoire Economique Régional. Ils sont tous consultables sur les publications mentionnées en infra.

L’économie sociale et solidaire en Corse est essentiellement composée d'associations, de coopératives et de mutuelles. Elle représente 1 153 établissements employeurs et près de 8 600 salariés (12,8 % du total des emplois privés). Avec plus de 190 millions d'euros de salaires distribués (hors cotisations patronales) elle constitue un poid économique certain, et diffus sur l'ensemble du territoire insulaire.

L'ESS montre en outre un certain dynamisme, puisqu'entre 2010 et 2011, sa masse salariale a progressé de 2,4%.

Pour approffondir la connaissance du poids économique de l'ESS en Corse, la CRESS Corsica assure une mission d'observation de l'ESS en Corse, en partenariat avec l'Observatoire Economique Régional porté par le GIP Corse Compétences. Cette mission est financée par l'ADEC dans le cadre de la convention Cors'Eco Solidaire 2011-2013 et suivante.

Retrouvez l'ensemble des études réalisées par la mission d'observation de l'ESS :